Éditer n'est pas jouer.

Petite pensée personnelle sur le travail d'édition et l'énorme valeur ajoutée qu'il apporte au travail de création.

Car ce qu'apporte un éditeur, ce n'est pas uniquement son savoir faire, son réseau de professionnels, sa technique ... ce qu'apporte un éditeur c'est avant tout un regard sans concession et bien plus objectif que le regard de l'auteur. Et ça c'est indispensable.

 

Depuis que je travaille avec un éditeur sur mon ex proto Raptor, je me rend compte une fois de plus que créer un jeu et l'éditer n'ont rien de comparable.

 

Oui, il faut le reconnaitre, être auteur de jeu et être éditeur nécessitent des qualités totalement différente.

Bien évidement certains ont les qualités pour faire les deux, mais ce n'est pas mon cas.

 

Sur mon Raptor par exemple, il faut bien reconnaitre que le jeu a très nettement évolué. Ce ne fut pas facile car le résultat à un moment donnait un jeu que je ne reconnaissais plus comme le mien, pire il ne me plaisait plus.

Mais à force de travail, de discussion, de persuasion nous sommes arrivés à un résultat fort satisfaisant pour l'un comme pour l'autre, à un jeu plus équilibré, plus fin, que le prototype de Raptor. Et plus important à un jeu qui me plait de nouveau et dans l'esprit que je lui voulais.

 

Vous allez me dire, effectivement, qu'il aurait pu s'agir du travail d'un co-auteur. Oui, mais non.

Oui pour ce regard nouveau, ce recul, et ces nouvelles pistes à explorer.

Mais non. Non car si le travail s'est fait à deux, le but de l'éditeur était certes de porter le jeu à son maximum, mais également de l'inscrire le plus naturellement du monde dans sa ligne éditoriale, d'en faire un jeu le plus accessible possible à son public, et le plus ouvert à tous. Donc le rôle de l'éditeur était vraiment de poser les questions, de donner les directions et les buts a atteindre. Et comme en plus j'ai la chance d'avoir un éditeur qui est aussi auteur, il m'a aussi aidé très largement à trouver les solutions, et en a trouvé lui-même.

De notre avis à tous les deux, nous voilà donc avec "un bon jeu, équilibré et très tactique".

 

Non, Raptor ne serait jamais devenu ce qu'il est devenu si je m'étais lancé dans l'auto édition. J'aurais raté ce regard extérieur, ces questions qui m'avaient échappé ou auxquels je n'avais pas su répondre. Bref, Raptor aurait été bon (je le pense sincèrement et c'est aussi pour ça que l'éditeur l'a pris) mais moins bon qu'il ne l'est aujourd'hui.

 

Donc, pour reprendre une expression du jeu de dames, "Éditer n'est pas jouer". Et en poussant la paraphrase, "Créer n'est pas éditer".

Peut-être qu'un jour pour tel ou tel projet qui me tient à cœur je me lancerais dans l'auto-édition de manière ponctuelle, mais pour l'instant il m'est évident que je ne suis pas prêt.

 

Donc, pour être édité, il ne me reste plus que la bonne vieille méthode ... du jeu de la séduction, ou plutôt, de la séduction par mes jeux.

 

Amis éditeurs, n'hésitez donc pas à fouiller dans ce mini-site pour y trouver les jeux non édités qui peuvent vous intéresser, je suis sur qu'il y en a pour vous que vous pourrez magnifiquement adapter à vos lignes éditoriales (comment ça la ficelle est un peu grosse ^^ ?)

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez votre site

Bienvenu sur les sites des jeux de Zous.

Vous y trouverez un moyen d'en savoir un peu plus sur mes jeux.

N'hésitez pas à laisser un message sur le livre d'or.

Pour suivre mon actualité ludique plus directement, vous pouvez également suivre ma page Facebook.

A bientôt.